Publié par: Jacques Maigret le 02/01/2021 11:29:15 18 lectures

Réflexions Zanshin

Zanshin

ZANSHIN 

(L’esprit qui se perpétue)

(L’esprit qui demeure)

(Le cœur qui reste)

Pour le coup nous allons faire dans le subtil parce que le sens des kanji formant le mot zanshin peut paraître éloigné de ce que nous entendons dans notre jargon d’aikidoka, à savoir la vigilance.



Mais vous savez comment sont les japonais ? …. tout en nuances.

Donc ! :

ZAN c’est le reste, le solde (.. ??)

心SHIN c’est l’esprit, le cœur (kokoro)

Et on va me faire croire que ça veut dire vigilance !

Littéralement ZANSHIN c’est le cœur résiduel, c’est ce qui reste après avoir accompli une action, c’est-à-dire l’état de vigilance ou de préparation que l’on doit conserver après avoir réalisé quelque chose.

Cette notion se retrouve dans beaucoup d’arts, mais on comprend parfaitement sur un plan martial la nécessité de rester en éveil car l’adversaire peut revenir attaquer à tout moment.

Ce n’est donc pas parce qu’on a réussi sa technique qu’on doit baisser la garde.

Cependant la signification de ZANSHIN n’est pas limitée à ce point de vue pratique dans un sens plus profond ZANSHIN dénote la continuité et le flux du KI (Ah le KI !), la liaison entre une action et une autre, entre la vie et la mort, entre le Ying et le Yang.

En Aikido ou en Aiki-ken, ZANSHIN est souvent associé à ISSHIN()…c’est nouveau ça !

ICHI c’est un (1) .ça vous dit quelque chose ? (ICHI, NI, SAN, etc.)

SHIN (voir ci-dessus)

Littéralement « de tout son cœur, intensément », qu’on peut traduire par l’état d’esprit en début d’action, c’est donc en quelque sorte le pendant de ZANSHIN.

ISSHIN se concrétise pour Tori par un engagement complet, physique et mental dans la technique qui se développe suite à l’attaque de Uke

Vous suivez toujours ?

Enfin pour terminer, nous avons vu que l’action de Tori se composait de deux éléments ISSHIN et ZANSHIN, mais là on ne parle que du début et de la fin de l’action.

Que se passe-t-il au cœur de l’action ?

C’est simple, c’est comme dans une dissertation où il y a toujours une introduction, un développement et une conclusion.

Là, il va y avoir ISSHIN, MUSHIN et ZANSHIN.

MUSHIN qui littéralement veut dire « sans esprit, sans pensées » qui est à interpréter comme « l’esprit sans fixation », c’est-à-dire sans intention de réaliser une technique plutôt qu’une autre.

A la lueur de tout cela, ne ressentez-vous pas le besoin de vous interroger survotre pratique lorsque vous travaillez en jyu waza ?

 

BONNE LECTURE

 

A la semaine prochaine