Publié par: Paolo Atzori le 01/01/2021 18:11:26 45 lectures

Dernières actualités du club Joyeuses Fêtes

Joyeuses Fêtes
2020 et puis s'en va
Les jours qui nous rapprochent de la fin de cette année de m…. (esures sanitaires) s'égrènent, pas assez vite à mon goût mais bon…


J'ai une pensée particulière pour les professeurs, dont c'est le métier, que nous suivons et quelques fois critiquons, et qui comme beaucoup d'indépendants, ont souffert de ces confinements à répétition.
Beaucoup plus que nous pour qui l'aïkido est une passion bien sûr mais d'abord un loisir.
On dit qu'en Aïkido il n'y a pas de gagnant ni de perdant.
Pourtant cette année on donnait l'Aïkido grand perdant, une discipline qu'on dit en perte de vitesse, frappée de plein fouet, comme tant d'autres activités, par les mesures sanitaires …
En apparence et en apparence seulement, car même si cette saison a été réduite de quelques mois, j'ai vu avec plaisir des gens se battre au pied levé pour trouver des solutions.
Des cours en ligne ont été mis en place, des expériences ont été tentées, des cours d'armes en plein air bravant les éléments déchainés ( ok j'en rajoute un peu mais ça fait tout de suite
Samouraï de la météo ).
Pour une discipline qu'on dit en perte de vitesse j'ai vu des pratiquants motivés toujours là, prêts à relever le défi.
Il y a un vrai noyau dur qui ne veut pas lâcher prise et qui est prêt à démontrer que l'Aikido n'est pas seulement une pratique comme une autre mais que ses bienfaits vont au-delà d'un bien-être physique et qui amène presque à un éveil de soi comme dirait
Marc
Cette année nous avons suivi plusieurs fois le "dernier cours" avant le confinement puis le "premier" du déconfinement.
Pour beaucoup ces périodes de stases forcées ont été des moments pour prendre du recul avec la pratique de notre discipline, habituellement rythmée par les cours les stages et les préparations de grade.
Dans cet espace temps imposé, les réflexions ont pu s'épanouir et mûrir sur l'avenir de la discipline, sur la façon de pratiquer quand les mesures sanitaires s'appliquent, sur l'adaptation rapide aux changements et aux désirs divers de nos pratiquants.
C'est sans doute la preuve que les valeurs de notre discipline sont ancrées dans le cœur des pratiquants. Ne pas lâcher prise, aller au bout du mouvement, s'adapter toujours et surtout avancer.
Je sais que notre premier réflexe sera de rejoindre les tatamis dès que ce sera possible et ensuite nos stages, mais n'oublions pas nos réflexions de cette année, mettons tout en œuvre pour développer notre discipline en participant aux débats bien sûr mais aussi en agissant pour tenter de nouvelles choses.
Il s'agira peut être, dans une certaine mesure, d'avoir l'esprit du débutant.
Le monde a changé pendant que nous pratiquions ces dernières années, le Covid aura sans doute eu ce bénéfice de nous obliger à prendre du recul, douter, chercher.
Il est temps d'oublier que nous savons, que nous connaissons les solutions, qu'il nous suffit de reproduire les mêmes artifices qu'avant et que ça ira bien comme ça.
Non il est temps d'aborder les prochains mois avec un esprit neuf et ouvert, de tenter de nouvelles choses : Irimi et Soshin !!