Publié par: Paolo Atzori le 24/03/2016 10:30:00 902 lectures

Dernières actualités du club Un nouvel échange

Un nouvel échange

Un nouvel échange

Parmi les sentences, proverbes et autres assertions qui émaillent notre pratique il en est certaines  qui  sont  la raison de notre présence sur les tatamis d’un club d’Aïkido et d’autres dont on a rien à faire, et du coup je n’en parlerai pas ici.

Je vais tenter d'expliquer pourquoi certains d'entre nous sont présents dans un dojo d'aikido.



Il est par exemple de bon ton de dire  que l’on pratique l’Aïkido parce que  c’est un art d’harmonie,  de non violence , et de non opposition, qu’il n’y a pas de compétition et que ça c’est quand même super chouette !

Et bien sûr quand on a dit ça on pense avoir tout dit ou en tous cas l’essentiel.

Les autres n’ont qu’à bien se tenir, nous,  nous sommes les meilleurs,  parés des plus belles qualités que l’humanité  a engendrées  depuis que l’Homme est Homme, que la Femme est Femme et que le Panda est Panda.

Toutefois, dans la réalité ça n’est pas toujours comme ça. On aime bien quand même se « fighter » un peu , montrer qu’on est le plus fort, piéger l’autre en exécutant la technique secrète de Steven Seagal dans « la tour Montparnasse infernale ». 

Mais en réalité la  vraie raison qui fait que  nous continuons toujours à pratiquer malgré la fatigue, l’âge et les courbatures, c’est que c’est vrai tout ça !!

L’Aïkido c’est vraiment un art de non violence , de non opposition, d’harmonie et d’échange, ( si on est toutefois bien d’accord sur les définitions de ces mots).

Et sauf que les ¾ du temps  on l’oublie,  et on se laisse aller aux sirènes de la société qui voudrait faire de nous  de bons petits guerriers adeptes de toutes les formes de compétition parce que la  compétition c’est quand même bien hein ? (surtout quand on gagne même si c’est par procuration).

La satisfaction dans la pratique de l’Aïkido se situe finalement ailleurs que dans l’affrontement.

La différence c’est qu’en compétition  vous vous battez contre l’autre et qu’en aikido vous pratiquez avec l’autre.

Vous ne pouvez progresser qu’avec l’autre et uniquement parce que la relation entre les 2 partenaires est sincère.

Pour qu’elle soit  sincère il faut qu’il y ait échange, partage et volonté de donner le meilleur de soi-même dans cette relation.

Mais tout ça est certainement valable pour d’autres disciplines et pas seulement pour l’Aïkido  et mon discours sur la compétition est certainement réducteur (normal puisque c’est mon avis  ) .

Il était donc nécessaire de remplacer l’enjeu par le jeu, le jeu de l’échange. Et surtout de retrouver ces  plaisirs d'échange et de partage.

IME1

L’AIKIDO SOURCE D’ÉCHANGE ET DE PARTAGE : LA PREUVE PAR L’EXEMPLE

Céline, Anaïs, Yanis, Luis et Morgan  

Ne cherchez pas ces prénoms dans vos mémoires car à moins de participer au cours enfants vous ne les avez pas rencontrés. Il y a quelques semaines nous avons été contactés par Céline Zylber, psychomotricienne dans un IME de Savigny le Temple.

Mais tout d’abord c’est-y quoi donc une psychomot’ ? (oui ils s’appellent psychomot’ entre eux).

Eh bien vous avez 2 solutions ou bien vous regardez dans wikipedia ou bien vous demandez à Isabelle Caut (notre vice-présidente) qui est également psychomot’ et dont vous pourrez retrouver une interview dans le dernier magazine fédéral en page 14 à 17.

ime6

Mais pour résumer, il s’agit d’une profession paramédicale qui prend en charge des patients ayant des troubles psychomoteurs de diverses origines.

Céline Zylber, pratiquante d’Aïkido, s’occupe notamment de quelques enfants de l’IME La Pépinière à Savigny le temple. Dans le cadre de ses fonctions elle utilise l’Aïkido pour développer chez eux des capacités physiques et comportementales pour les aider à entrer en relation avec les autres.

Eh oui Céline en bonne pratiquante d’Aïkido est également persuadée que c’est un moyen d’échange avec l’autre !

Je ne vous cache pas que lorsqu’elle nous a demandé notre avis, je me suis interrogé sur la possibilité d’accueillir des enfants « avec des difficultés » dans le cours enfant du vendredi.

La question concernait surtout ma propre capacité à les accueillir.

Serions-nous capables de proposer quelque chose qui tienne la route ? Comment se passerait l’intégration avec les autres enfants ? Quid en cas de soucis pendant le cours ?

Céline nous a rapidement rassurés, elle serait présente sur le tapis avec nous et nous ferait un topo sur les enfants avant leur venue.

Il ne restait qu’à obtenir l’aval du Conseil d’Administration du club, ce fut une formalité et un avis enthousiaste.

Une fois réglés les soucis administratifs (prise de licence auprès de la fédé notamment) il ne nous restait plus qu’à fixer une date.

Céline, Anaïs, Yanis, Luis et Morgan , préparation de la première rencontre

Afin de préparer notre première rencontre sur les tatamis du dojo, nous avons échangé avec Céline quelques informations sur les enfants de l’IME.

En effet, leur pratique de l’Aïkido est très succinte, quelques heures à peine, essentiellement orientées sur les échauffements, les déplacements, les chutes de bases, très peu de techniques et surtout très simples.

Super ! Comme nos débutants alors ?

Eh oui ! il ne faut pas oublier que nous avons aussi des débutants enfants dans notre cours et qu’à raison de 1h15 par semaine hors vacances scolaires, ça ne fait pas lourd en terme de pratique et que pour certains les chutes sont encore loin d’être acquises.

Nous avons donc mis en place quelques principes de cours axés surtout sur les déplacements et des situations d’échanges.

ime4

La seconde étape de la préparation de la rencontre était d’informer nos élèves habituels de la venue, pour 4 séances, des enfants de l’IME. L’information a été faite le plus simplement possible en indiquant qu’il s’agissait d’enfants qu’il fallait accompagner pendant la pratique et à qui il faudrait sans doute expliquer les techniques en étant très patient.

L’objectif était de préparer les enfants de l’IME à un travail en commun. La grande difficulté étant de conserver leur attention pendant un cours complet et surtout de travailler en même temps que les autres.

Sans entrer dans les détails du cours, je peux dire que l’expérience a été un succès tant ce premier contact a été naturel d’un coté comme de l’autre. Pas d’a priori de la part des enfants du club qui ont accueilli les autres enfants dans leurs jeux d’avant cours et avec bienveillance pendant les techniques du cours.

Le sourire permanent d’Anaïs, Yanis, Luis et Morgan pendant toute la durée du cours et même après atteste que la séance a été un succès pour tous les enfants.IMe2

Les quelques photos prises par Emilie autre accompagnatrice de l'IME en sont la preuve.

Expérience à renouveler très bientôt.

Edit: la date suivante a été fixée au 15 avril, (il ne reste plus qu'à préparer le cours)

ime3